C’était ce que l’on pourrait appeler les prémices/murmures/balbutiements/débuts/esquisses d’un apéro estival. Chaleur timide, donc rosé timide mais terrasse envahie, fromage goutu, donc vin rouge gouleyant, aux mange-debout, discussions ambitieuses, accompagnement au Saxo par Cyril très apprécié, caviste pas du tout stressé et service carrément sympa. On en veut encore des apéros comme ça, encore!

Rechercher dans le site